À l’approche de l’automne, il est temps de penser à l’hivernage de sa piscine. Car il faut en prendre soin pour la retrouver en bon état l’été prochain. L’hivernage va préserver la qualité de l’eau. Et ainsi éviter de retrouver une piscine verte foncée au printemps qui sera très difficile à rattraper. Un bon hivernage va surtout permettre de protéger la structure de la piscine et ses équipements contre le gel. Afin d’éviter des dégâts que ce soit au niveau des parois, du liner, de la tuyauterie, pompes ou skippers. Ici, l’architecte paysagiste Eric Lequertier va nous donner les clefs d’un hivernage réussi.

 

À quel moment hiverner sa piscine ?

Il faut attendre que la température de l’eau atteigne les 12°c. Si on effectue l’hivernage trop tôt et que l’eau est trop chaude, les produits d’hivernage ne seront pas efficaces. Et on court le risque de voir les micro-organismes se développer. Puis de retrouver l’eau de piscine verte au printemps. À l’inverse, avec un hivernage trop tardif on prend des risques avec les gelées. Celles-ci pourraient endommager la structure et les canalisations.

 

Comment faire pour hiverner sa piscine ?

Il existe 2 types d’hivernage : l’hivernage actif ou l’hivernage passif. Le choix entre ces 2 méthodes d’hivernage va essentiellement dépendre de la météo. Car l’ennemi numéro 1 des piscines en hiver, c’est bien sûr le gel : et quand l’eau se met à geler dans les tuyaux ou les équipements, elle gonfle et devient plus dense, au risque de faire éclater les canalisations !

On optera donc pour un hivernage passif dans les régions plus froides, lorsque l’hiver promet de fortes gelées, et mettre complètement en sommeil la piscine durant quelques mois. On préférera un hivernage actif dans les régions où les hivers sont assez doux.

Dans tous les cas, quelle que soit la méthode choisie, on devra hiverner un bassin propre, près à la baignade, donc il faut commencer par un bon nettoyage : le fond, les parois, ainsi que tous les équipements (filtre à sable, skimmer,…). Réaliser ensuite un traitement choc avant l’hivernage et laisser la filtration en continue pendant 24h. Une fois cette action effectuée il faudra choisir entre les 2 méthodes.

1-L’hivernage actif :

Cette méthode d’hivernage consiste à laisser tourner la piscine au ralenti, en faisant fonctionner la filtration quelques heures : 2 à 3 heures par jour suffisent. L’essentiel est de s’assurer que l’eau est suffisamment en mouvement pour éviter la formation de gel. C’est une méthode qui nécessitera également le maintien de l’entretien du bassin mais de façon modérée.

Les étapes : le nettoyage du bassin, le traitement choc, et ensuite un traitement de l’eau à l’aide d’une solution d’hivernage multi actions (anti algues, anti calcaire,…), qui empêchera le développement des algues et des bactéries. Le produit d’hivernage a une action longue durée et permet de stabiliser l’eau tout l’hiver. Réduire ensuite la durée de la filtration. On pourra couvrir la piscine à l’aide d’une couverture d’hiver, ce qui vous permettra de préserver le bassin des feuilles et des débris extérieurs.

Par contre dans le cas d’un hivernage actif, il reste préférable d’installer un coffret hors-gel qui aura pour mission de déclencher automatiquement le système de filtration à partir d’une certaine température et donc avant quel’eau du bassin ne commence à geler.

 

Avantages et inconvénients de cette méthode 

L’hivernage actif permet de conserver la piscine découverte et ainsi conserver tout son aspect esthétique. Il permet également l’économie d’une couverture d’hivernage. La qualité de l’eau est préservée grâce à une filtration et un entretien continu. La pompe, en activité au moins quelques heures par jour, est également protégée contre un éventuel grippage dû à un arrêt trop long. Globalement, la méthode de l’hivernage actif est simple à mettre en place. Et la remise en service de la piscine est plus rapide à l’arrivée des beaux jours. Par contre la maintenance reste de mise. Le traitement de l’eau devra être encore effectué, mais avec des quantités de produit très faibles, tout comme le nettoyage du bassin.

Piscine hivernage

2- L’hivernage passif

Contrairement à la solution précédente, l’hivernage passif ne requiert aucune maintenance durant l’hiver, puisqu’il implique de mettre totalement à l’arrêt la piscine pendant cette période. Donc après le nettoyage et le traitement choc du bassin. Baisser le niveau d’eau jusqu’à environ 10 cm en dessous des skimmers. Il est indispensable que ces pièces à sceller ne soient pas en contact avec l’eau afin d’éviter de les endommager durant l’hiver. Par contre, attention, il ne faut jamais vider entièrement sa piscine car elle pourrait subir la pression du terrain environnant et risquerai de bouger, voire de se fissurer.

Tout comme l’hivernage actif, verser dans le bassin le produit d’hivernage. Laisser le produit se mélanger pendant 1h en mettant une vanne multivoie sur la position circulation. Ce qui fait que le produit d’hivernage ne passera pas dans le filtre. Arrêter ensuite la filtration de la piscine et procéder à la vidange et à la purge de tous les équipements (filtre, pompe…) et canalisations afin d’évacuer totalement l’eau du circuit. Une fois cette action réalisée, mettre la vanne multivoie du filtre à sable en position fermée ou hivernage selon le modèle.

Aussi pour éviter que le froid et le gel n’endommagent les équipements, on pourra retirer la pompe filtration et le surpresseur du robot. Puis démonter le plongeoir et l’échelle de piscine pour les stocker à l’abri durant l’hiver.

Mettre alors en place tous les différents accessoires d’hivernage qui vont protéger les équipements et la piscine du gel : dévisser les buses de refoulements et la prise balai et les remplacer par des bouchons pour obstruer les canalisations. Pour les skimmers visser à l’intérieur des bouteilles gizzmo qui supporteront la pression de la glace. Enfin disposer en diagonale dans le bassin des flotteurs d’hivernage. Pour l’hivernage passif, il est indispensable de couvrir la piscine avec une couverture d’hiver opaque. Afin de la protéger des UV, des intempéries et des impuretés.  

 

Avantages et inconvénients de cette méthode 

L’hivernage passif présente l’avantage de réclamer très peu d’entretien pendant toute la durée de l’hiver. Mais l’inconvénient est donc sa préparation, plutôt fastidieuse. Et la remise en service, qui réclame plus d’efforts et de temps, avec un risque de retrouver une eau verte à la remise en route. De plus, avec un hivernage passif, il reste toujours de l’eau stagnante dans les canalisations. Qui peuvent devenir de véritables foyers d’algues, qui à la remise en route de retrouveront disséminées dans le bassin et viendront polluer l’eau.

 

Pour conclure, quelle que soit la méthode choisie, l’hivernage du bassin est indispensable !