Encadrés de bois ou de plâtre doré, sculptés, à pampilles ou tout simples, les miroirs attirent l’œil et sont un magnifique
élément de décoration dans nos maisons.
De petite ou de grande taille, les miroirs ont longtemps été l’apanage des plus riches avant de se démocratiser et d’orner toutes les maisons. Mais il y a miroir et miroir. Il y a les récents, à la surface homogène et bien propre et les anciens, souvent constellés de petites taches brunes. Même s’ils ne sont pas impeccables, ils sont beaux et plein de mystère !
 
Évaluez son ancienneté
Les miroirs anciens, sont recouverts d’un alliage d’étain (le mot tain vient d’étain) et de mercure, ultra nocif pour les artisans et remplacé au milieu du XIXe siècle par du métal argenté. L’une des particularités du mercure, c’est d’être sensible à
l’humidité. Avec les écarts de température des maisons d’autrefois, l’humidité ambiante des pièces mal chauffées, les miroirs se couvraient de ces petites ou grandes taches aux formes bizarres… pas top pour se mirer ! Alors, inspectez attentivement le joli miroir dont la surface semble marbrée de taches brunes, c’est un gage d’ancienneté.