Primordial : puissance et variateur

Comme sur tout l’électroportatif, la puissance de l’appareil est super importante. Pour une utilisation ponctuelle ou -et- sur des bois de faible épaisseur et pas trop durs, une scie sauteuse de
400 W sera suffisante. Par contre, pour un emploi fréquent, avec des découpes dans des matériaux plus épais et plus résistants, optez pour un modèle ayant une puissance minimale de 600 W. Une bonne scie sauteuse doit être équipée d’un variateur, électronique ou non, qui permet de régler la vitesse selon la résistance du matériau sur lequel vous travaillez… Plus il est dur, moins votre vitesse sera rapide. Inutile de sélectionner une vitesse rapide, vous ne couperez pas plus vite ! N’oubliez pas aussi de vérifier que la
hauteur, ou « profondeur de coupe » (c’est-à-dire l’épaisseur maximale que l’appareil peut découper), soit suffisante. Elle varie de 45 à 100 mm selon les modèles.

Important : semelle et prise en main

Choisissez un modèle avec une large semelle qui va permettre de stabiliser l’appareil et donc d’offrir un travail plus soigné. Inclinable jusqu’à 45°, cette semelle permet aussi des coupes en arrondi ou en biais. Il existe deux types de poignées : étrier ou champignon. La première, assez grande, très confortable, s’étend de l’avant à l’arrière de l’appareil. La poignée champignon, située sur le dessus de la scie, manque
peut-être parfois de confort, mais elle augmente la précision dans les découpes. Le poids, qui est plutôt un handicap pour une perceuse, renforce la stabilité d’une scie sauteuse. Alors, prenez en main votre scie, l’ergonomie est un critère très personnel…

Article complet sur le bon choix d’une scie sauteuse dans Maisons à Vivre Campagne N°98