Plus d’espace dans moins de  mètres carrés. La formule séduit  de plus en plus de particuliers en quête de sensation de volume.  Le micro loft gagne du terrain  dans l’aménagement intérieur. Un état d’esprit que cultivent savamment les fabricants.
Ce type d’agencement visait à l’origine à transformer d’anciens espaces industriels en lieux d’habitation. C’est aujourd’hui l’inverse qui se produit. L’esprit loft s’importe paradoxalement dans nos habitations contemporaines, même XXS.
« En architecture, un loft occupe une superficie comprise entre 500 et 600 mètres carrés, pour une hauteur sous plafond de trois à quatre mètres. S’il est difficile à l’heure actuelle, sous la pression de la densification urbaine, de conserver de telles dimensions, les notions de plan libre et de luminosité restent déterminantes » précise Jordi Miralles dans son ouvrage Le Grand Livre des Lofts*.
Loin des standards de ces immenses espaces, nos habitations peuvent toutefois se donner des airs de grand atelier grâce à certains marqueurs. À commencer par la fluidité et la clarté. Viendront accentuer ce côté entrepôt new-yorkais, des matériaux forts et des pièces inspirées de l’héritage industriel.
Un loft désigne un logement entièrement ouvert où le regard ne doit rencontrer aucun obstacle. Cette notion de perspective est la clef de ces intérieurs bien pensés. On commence donc par décloisonner les volumes aussi bien verticalement qu’horizontalement.

Article complet sur le Cape Cod dans l’ouest parisien à retrouver dans Maisons à Vivre n°26