Nous connaissions déjà les plantes amies qui, en se côtoyant, se protègent. D’autres, plus combatives, n’aiment pas la concurrence des herbes et repoussent l’envahisseur. Leurs racines, comme celles de la piloselle, diffusent dans le sol des toxines. Leur feuillage répand dans l’air des molécules dissuasives, comme celui des myrtes, ou encore, leurs feuilles mortes, tombées au sol libèrent des substances propres à inhiber la germination des intruses. Aussi, autour de ces belles combatives, l’herbe tend à disparaître. On les appelle des plantes allélopathiques. Une aubaine pour les jardiniers qui en ont assez de désherber leurs plates-bandes.

Conseils d’achat

Choisir des bulbes est un peu comme acheter des échalotes au marché! Il faut des oignons fermes, indemnes de blessure et de moisissure, ni trop humides, ni trop secs, dont le poids est en rapport avec la taille. Sur place, outre les conseils du grainetier, vous pourrez apprécier de visu la qualité des bulbes. Les
jardineries sont plutôt bien achalandées mais manquent de diversité comme dans les supermarchés auquel s’ajoutent des problèmes de stockage. Donc prudence! Reste les catalogues spécialisés qui proposent souvent une gamme extrêmement étendue de plantes plus ou moins rares et permettent un choix à tête reposée.

Comment les planter ?

Soignez le sol! Certains bulbes vont rester plusieurs années au même endroit, d’autres sont de gros mangeurs.. Labourez profondément, allégez les terrains trop lourds, enrichissez le sol avec du terreau mais soyez prudent avec les engrais qui ont tendance à faire pourrir les oignons. Si quelques bulbes présentent des moisissures, après les avoir trempés dans l’eau, badigeonnez-les d’un fongicide de contact. Enfin, étalez la plantation sur plusieurs semaines pour obtenir une floraison décalée.

Article complet sur les plantes désherbantes dans Jardins à Vivre N°2