La terre franche ou terre de jardin: c’est l’idéale et la plus commune, nous explique Christophe Courtois, paysagiste, riche en éléments nutritifs, avec des proportions en argile, en sable, en calcaire et en humus parfaites. Grâce à l’argile et au sable, elle retient l’eau sans être trop imperméable. D’un beau brun foncé, elle est perméable, meuble et aérée. Un bonheur pour le jardinier qui pourra y installer la majorité des plantes.

La terre sableuse

Perméable, facile à travailler, elle va avoir une fâcheuse tendance à ne pas retenir l’eau et à laisser passer en même temps les éléments nutritifs. Du coup, les plantes gourmandes, comme les potagères, vont nécessiter des apports d’éléments nutritifs et un mode d’arrosage soigné, poursuit le paysagiste.

Comment la reconnaître ?

De couleur beige, elle file entre les doigts et n’a pas beaucoup de cohésion.

Ce que vous pouvez y planter

Côté fleurs : Les Digitales, Agapanthe, Euphorbes, Géranium, Phlomis, Sedum
Côté arbustes : Les rhododendrons, Camélias, hortensias, Berbéris, Cotonéaster, Cytise, Millepertuis
Côté arbres : Les Bouleaux, Pins, Acacia, Albizia, Eucalyptus, Frêne, Peuplier, Sorbier
Côté fruitiers : Le châtaignier, Figuier, Ronce, Vigne
Côté légumes : Les Asperge, Fraisier, Haricot, Oignon, Radis, Salsifis

La terre argileuse

Avec sa forte capacité de rétention d’eau, elle va avoir tendance à former des poches où l’eau stagne, entraînant le pourrissement des végétaux mal adaptés. Difficile à travailler et très collante, elle durcit sous l’action de la sécheresse et a besoin d’être aérée en profondeur.

Comment la reconnaître ?

Elle est grisâtre, compacte, lourde.

Article complet sur les différents types de terre dans Jardins à Vivre N°2