Je veux fixer quoi ?

Un meuble de cuisine, un cadre, un miroir, une parabole, une étagère… Il faut anticiper le poids de l’objet à fixer, pour déterminer quel type de fixation conviendra et Thierry Kuntz, (Responsable des Relations Extérieures) chez Fischer, précise : « n’oubliez pas qu’un placard vide sera bien moins lourd que s’il est rempli de vaisselle. »
Dès que la charge dépasse 20 kg, il peut être aussi astucieux de créer plusieurs points d’ancrage pour répartir les tractions. « Ainsi, ajoute Thierry Kuntz, dans le cas de l’installation d’un meuble de cuisine, la pose d’un rail répartit les risques d’arrachage sur toute la longueur et permet de diminuer le diamètre des chevilles et des vis. »

Quel type de supports ?

C’est là que ça devient compliqué ! Avant d’envisager le choix d’une cheville, encore faut-il connaître la composition de votre mur. Voici quelques astuces pour savoir si c’est du béton ou du plâtre, un matériau creux ou plein. Selon une étude de Red Head, autre leader du marché de la fixation, 70% des futurs bricoleurs ne connaissent pas leur support.
Du coup, pour vous simplifier la vie, les fabricants sont de plus en plus nombreux à proposer des produits universels qui permettent de s’affranchir de ce problème.

Article compet sur les vis et les chevilles dans Maisons à Vivre Campagne N°101