Incontournable : le bois

Ses qualités ne sont plus à démontrer. Le bois a tous les atouts pour un usage extérieur. Selon les essences, ses propriétés ne seront cependant pas les mêmes. Le traditionnel mobilier en teck a pour avantage d’être imputrescible et ultra résistant. Son exceptionnelle longévité explique son coût assez élevé. Autre bémol, son entretien.
Livré à lui-même, ce bois vire au gris et doit donc faire l’objet d’un entretien régulier… sauf si on aime cette teinte douce. D’autres essences font une apparition remarquée sur nos terrasses : l’eucalyptus et le robinier. Avec leurs prix raisonnables, ces bois européens, donc en harmonie avec une démarche éco-responsable, sont très résistants et se présentent comme une bonne alternative au teck. Avec des reflets rosés pour l’eucalyptus et « beurre frais » pour le robinier « faux acacia », ils ne nécessitent aucun traitement particulier.

Tendance : le rotin

C’est la grande vogue du moment. Le rotin est partout, de la balancelle à la table. S’il est avant tout plébiscité pour son côté vintage, sa technique de fabrication est ancestrale. Le rotin est une longue liane issue d’une plante tropicale. A la fois souple et résistante, elle est idéale pour la fabrication du petit mobilier et se prête à n’importe quelle forme comme le tressage. Sa capacité d’absorption permet également de la teindre facilement dans de nombreuses couleurs. S’il est particulièrement résistant, le rotin ne peut pourtant pas rester dehors sous peine de se détériorer, de perdre sa couleur naturelle voire de se déformer. Un handicap qui explique pourquoi nous l’avions délaissé ces dernières années au profit de matériaux plus solides comme le rotin synthétique ou résine tressée.

Article complet sur le mobilier de jardin dans Jardins à Vivre N°5