Si certains sont dédiés à une pièce particulière comme les sèche-serviettes, la majorité s’adresse à nos pièces de vie, salon, salle à manger ou chambre. Souvent éloigné de l’idée que chacun peut se faire d’un radiateur, ce raz-de-marée de formes, d’apparences et de matériaux est porté par un courant qui veut que l’utile soit également beau.

DÉCORATIFS ET HYPERFONCTIONNELS

Désormais, les radiateurs font preuve d’une « intelligence » qui pare parfois à nos étourderies !
Un courant d’air, une fenêtre ou une porte mal fermée… Pas de problème pour le radiateur sèche-serviettes « Kazeane » d’Acova, il détecte ce changement et rajuste au mieux son fonctionnement. De nombreux modèles peuvent être contrôlés et réglés à distance depuis votre smartphon ou votre tablette grâce à l’application Delta Dore pour Cinier ou Cozytouch pour Atlantic et Thermor.
Et puis, il y a les radiateurs réversibles destinés aux installations équipées de pompe à chaleur, de chaudière à condensation ou solaire thermique. Ces radiateurs, notamment ceux de la collection Greenor de Cinier, produisent du chaud mais aussi du froid selon les options souhaitées : le radiateur idéal pour les volumes importants et plus écologique qu’un climatiseur car il n’utilise aucun gaz réfrigérant.

CÔTÉ PRATIQUE, CALCULEZ LA PUISSANCE DE CHAUFFE ADAPTÉE À VOS BESOINS.

Lors du choix d’un radiateur, voici comment calculer la puissance nécessaire. « Il faut d’abord connaître le volume de la pièce à équiper » explique Stéphane Cinier, directeur de la marque éponyme. Ensuite, chiffrez le delta entre la température minimale moyenne extérieure du lieu de la résidence, par exemple -7°C , et la température souhaitée, par exemple 22°C. Ce delta de 29 est multiplié par le volume de la pièce, ici 50 m3 x 29 donne 1450. Enfin, il faut multiplier ce résultat par le facteur d’isolation du lieu à chauffer.
Mal isolé : facteur 1,2 – Isolation moyenne : facteur 1 – Bonne isolation : facteur 0,8.
Pour une maison qui est mal isolée, cela donne 1450 x 1,2 = 1740. Il faut donc un appareil qui fournira au minimum 1740 watts en puissance de chauffage. Un bureau d’étude technique pourra affiner, en appréciant au cas par cas, le niveau d’isolation concerné. « Ensuite, précise Stéphane Cinier, la meilleure place où installer un radiateur n’est plus comme par le passé sous les fenêtres. Aujourd’hui, les fenêtres sont généralement bien isolées et les déperditions de chaleur sont rares. Enfin, à partir d’un besoin de 2000 watts, il est plutôt conseillé d’utiliser deux radiateurs de 1000 watts répartis de part et d’autre de la pièce ».

Article complet sur les radiateurs dans Maisons à Vivre n°33