Dans le Pas-de-Calais, Bérengère et Julien ont investi un hôtel particulier du XVIIIe siècle et l’ancienne banque qu’il abritait. Le résultat : une maison de famille atypique et chaleureuse dans laquelle ce couple inventif, installé avec ses trois enfants, a pu laisser libre cours à sa créativité.

A chemin entre Arras et le Touquet, Bérengère et son mari Julien visitent en 2009 une agence du Crédit du Nord, nichée dans un hôtel particulier de 1780 et en dormance depuis 20 ans. Immédiatement séduits par cette demeure atypique où subsiste encore au rez-de-chaussée une authentique salle des coffres dotée d’une impressionnante porte blindée, ces deux passionnés de décoration font l’acquisition des 330 mètres carrés répartis sur trois niveaux, auxquels s’ajoutent une cour et ses dépendances.

LA SALLE DES COFFRES, PIÈCE MAÎTRESSE
Au rez-de-chaussée, ils suppriment bureaux, guichet et salle informatique et ne conservent que l’impressionnante salle des coffres autour de laquelle une cuisine, prolongée par un salon, est créée. Pour habiller le sol, ils choisissent des petits pavés en pierre grise de Tournai bordures irrégulières, qu’ils posent en quinconce pour plus d’harmonie. Aux étages supérieurs, l’appartement où résidait autrefois le directeur de la banque nécessite peu de travaux et pour minimiser les frais de cet important chantier, le couple décide de repeindre directement sur les papiers peints qui masquant les murs enduits de crépis.

L’ART DE CHINER EN FAMILLE                                                                                                                                                                                            « Dans la région la brocante est un art de vivre » explique Julien. Pour rien au monde Bérengère et son mari ne manqueraient celles de Montreuil sur- Mer et d’Hesdin. Une passion et un art de chiner qu’ils ne cessent de transmettre à leurs enfants. Chaque dimanche, Zadig, Balthazar, et Arthur peuvent s’ils le souhaitent accompagner leurs parents à une brocante « je donne à chacun quelques euros, ils peuvent les garder ou alors acheter ce qu’ils veulent mais ils doivent négocier » explique en souriant Julien. Les mises en scène décalées s’invitent aux quatre coins de la maison et ceci dès le hall d’entrée où s’affiche, sur les murs gris carbone, un imposant « Quatorze » en lettres orange façonnées par le maître des lieux, en référence au numéro de la rue. Juste à côté, Berengère, décoratrice d’intérieur, s’est amusée à accrocher au mur cinq trophées de chasse chinés, baptisés des prénoms de chaque membre de la famille. Un effet de surprise garanti pour chaque nouveau visiteur !

Reportage une banque pour maison complet dans Maison à Vivre n°30